top of page

Nouveau sauvetage Précision Bass

Dernière mise à jour : 3 juil. 2023

Chaque cas est unique, mais chaque cas ne mérite pas pour autant un article.
Le nouveau dossier qui nous intéresse est le cas de cette Precision Bass de 1969 pour le manche et de 1974 pour le corps. Abandonné depuis longtemps par son propriétaire car complètement déformé et injouable, ce manche avait fini par être remplacé sur la basse par un nouveau manche Fender moderne, faisant perde par là même toute valeur de collection, qu'elle soit historique ou financière à cette belle basse, bien marquée et dans son jus.

Ma mission était de rendre le manche d'origine à nouveau praticable pour redonner à cette basse tout l'intérêt et l'attrait qu'elle mérite.

L'état des lieux m'a permis de constater que le manche était marqué par une sérieuse "talonite" c'est à dire une "cassure" ou plus précisément "pliure" au niveau précis de la jonction du corps et du manche, c'est à dire vers la 16ème case. Pour tenter de récupérer ce creux très marqué, le réflexe est de serrer le Truss-rod, et il n'y a d'ailleurs rien d'autre à tenter. Sauf que l'action sur le boulon, une fois serré à fond, montre vite ses limite, le creux étant non seulement toujours présent, mais le manche formant désormais une bosse entre la première et la 8 ème case, et le fait de comprimer le boulon exagérément aura également contribué à provoquer un tassement du bois au niveau de son ancrage et à faire gonfler allant parfois jusqu'à fendre celui de la touche, créant une proéminence juste après le creux qui nous gène et accentuant encore le défaut. J'imagine que la description telle que je la décris demande une certaine capacité à visualiser l'ensemble du problème, je m'excuse de ne pas pouvoir proposer plus explicite pour décrire cette situation. Pour résumer, tout ce qui était tentable a été tenté et il ne reste maintenant plus qu'une seule possibilité: atteindre le Truss-rod en supprimant les frettes, puis la touche, et ensuite la feuillure d'érable convexe collée dans la saignée concave qui maintient le Truss-rod d'origine en arc de cercle dans le manche.

Pour l'anecdote, je commencerai par cette photo sans laquelle on peut voir que les dots en celluloïd ne sont pas incrustés selon l'axe précis du manche ! C'est Pierre, notre apprenti de cet année, compagnon du Tour de France qui m'a fait remarquer ce détail. Personnellement, je suis ravi lorsque je tombe sur ce genre de "défauts" qui ne compromet en rien la sonorité ou la jouabilité de l'instrument, mais qui montre à quel point ces instruments étaient encore fabriqués à la main.



Pour commencer, nous installons le manche et un "faux" corps sur le simulateur de tension. Celui-ci n'est pas en mode "simulation" car le défaut est tel qu'il faut reprendre à zéro l'ensemble des paramètres. Les dots sont récupérés et les frettes grossièrement enlevées car la touche va disparaitre.















La touche est rabotée à la main, avec une varlope de 30 cm et avec de la patience. Solidement en appui sur les tiges du simulateur de tension, le manche ne bouge absolument pas, ne fléchi pas sous le poids conséquent du rabot en fonte et nous pouvons ainsi ôter des fines pellicules de bois exactement là où nous le voulons pour obtenir une planéité absolument parfaite.













L'ancien Truss-rod est ensuite sorti, c'est une opération assez pénible car il est enfoncé profondément au centre du manche, vers la 8ème case, et contraint en une courbe concave en forme d'arc et pris en sandwich par une pièce de bois insérée dans cette saignée. Ce truss rod est une simple tige filetée comme on peut le voir sur la photo, c'est une des raison qui fait que -comparée aux truss-rods double action modernes- beaucoup de manche de cette époque n'ont pas si bien vieilli. Mais il est facile aujourd'hui d'en faire la critique alors que ces fabricants étaient des pionniers qui n'avaient pas le recul que nous pouvons avoir, nous qui à notre époque n'inventons plus grand chose avec la facilitée et la profusion de ressources qu'offre internet.


Arrêt sur image! Voici le nouveau truss rod double action que je me propose d'insérer dans le manche. La version de gauche est la version telle que je l'achète chez mon fournisseur, équipé d'un boulon à empreinte de type BTR ou Allen. J'aurais pu le mettre tel quel et modifier légèrement l'apparence du réglage, d'autant que cette partie affleurant le pickguard était suffisamment discrète pour que la réparation passe pour ce qu'elle est, c'est à dire un sauvetage excusant voire justifiant cet anachronisme. Mais symboliquement, le boulon de truss rod en croix (à droite) tellement typique des Fender de cette époque me semble tellement et absolument raccord avec l'instrument que je me devais de le conserver coûte que coûte. J'ai donc fait intervenir un soudeur à qui j'ai fourni un truss-rod préparé et boulon original pour qu'il me fasse un truss-rod double action avec boulon Fender. Et vous verrez sur les prochaines images à quel point ceci s'avère être un must.



Voici donc le truss rod installé et la nouvelle touche collée. Le manche d'en dessous est un Precision de 1966 qui m'appartient, et je profite de l'opération en cours pour m'occuper en doublon de celui-ci. Depuis le temps qu'il trainait sur mes étagères, ça sera chose faite! Sur le modèle qui nous intéresse, on remarque maintenant que la touche est collée. C'est une touche "curved" ou "veneer" c'est à dire plaquée en forme sur le manche préalablement radiussé, tel qu'il était fabriqué à l'époque. Ma méthode consiste à coller la touche en premier et faire les entailles des frettes après et vu la finesse de cette touche, je ne pense pas qu'une autre méthode soit possible. La restauration commence à ressembler à quelque chose de crédible.



Le manche est maintenant entaillé et incrusté de ses repères. Je crois que je me suis posé la question de reproduire le défaut d'origine en décalant les repères, puis je me suis abstenu. Vous pouvez marquer en commentaires ce que vous auriez fait à ma place!















Fretté, voilà le travail, il n'y aura même pas eu besoin de revernir le manche car nous sommes arrivés à ne pas toucher l'ancien tout au long de l'opération. Pour finir, les classiques planifs de frettes, fabrication du sillets et remontages / réglages et retour dans sa région d'origine, car rappelons-le , cette basse nous arrive de Seine-Maritime et son propriétaire à fait le déplacement pour venir la récupérer! 🙏🏻🙏🏻🙏🏻


Hasard du calendrier, cette semaine là nous avions eu de passage à l'atelier pour divers travaux (de moindre importance) deux autres Fender Precision de cette même époque, en plus ou moins bon état et plus ou moins complètement d'origine mais toutes extrêmement marquées par des heures et des années de jeu, et pourtant toujours en activité, avec parfois un bon coup de pouce, ces basses sont increvables! Merci de votre interêt !



bottom of page