top of page

Pinto Shorstscale Bass in Snowburst

Dernière mise à jour : 23 févr.




Dans un souci de transparence et afin de justifier du réel interêt que représente l'usage des bois nobles et adaptés à la lutherie traditionnelle, les bois des guitares qui apparaissent sur ce site sont désormais désignées sous leurs appellations latines. Corps: Swamp ash / frêne des marais (Fraxinus Caroliniana) Manche: Hard Maple / érable américain ou érable à sucre (Acer saccharum)

Truss Rod double action, frettes Sintoms 18% nickel profil vintage

Micros boutique  split coils by Patrice Blanc

Mécaniques: Lollipop

Chevalet: Gotoh

Accastillage métal chrome premium by Gotoh Electronique Premium , Volume Bourns, Tone CTS, jack Puretone Disponible sans délais, cette nouvelle basse Pinto est à l'essai dans notre stock.

(Prix recalculé = -5% ! ) 2470,00 € au lieu de 2600,00 € (peut-être livrée en Gig Bag Deluxe vendu à prix coûtant ( + 212,00 TTC).






Lutherie et bois. (d'après l'article déjà écrit sur un modèle équivalent )


Le corps de cette basse short scale de la série Pinto est en swamp ash de tout premier choix, je l'ai choisi sur place chez mon fournisseur italien où j'ai pu le sélectionner parmi d'autres avec plusieurs critères en tête: le plus léger possible, en deux parties, aucun défaut d'apparence. Son manche est en érable américain, absolument parfait en densité et en planéité (pour rappel tous nos frettages sont effectués sur simulateur de tension). Micro boutique gravés Patrice Blanc comme il se doit, tout est fait à l'atelier excepté l'accastillage. Le Swamp ash est le bois que j'estime le plus qualitatif avec l'aulne pour les guitares électriques, il est coûteux à l'achat mais incomparable en termes de sonorité, (donc) de densité et de beauté. En ce qui concerne l'aulne et pour avoir pu observer plusieurs Strat décapées des années 60, j'estime que l'européen est aussi proche que possible dans sa ressemblance, ou du moins beaucoup plus proche que les aulnes américain que j'arrive à capter en ce moment et qui sont tous étuvés, cela se reconnaissant à la couleur uniforme et brune qu'ils acquièrent après passage à la vapeur. Ils sont vraiment très bien dans leur version américaine et font de très très bonnes guitares, mais pas aussi proches que dans leur version "60". Beaucoup de luthiers et fabricants européen utilisent de l'érable sycomore ou du plane pour fabriquer leurs manches, ce que j'évite catégoriquement et plus particulièrement pour les manches en une pièce (avec ou sans touche rapportée) sur dosse tels qu'ils sont traditionnellement conçus sur les guitares de type Fender car j'estime qu'ils n'ont pas les qualités requise pour obtenir la consistance sonore et la stabilité que je recherche. De plus je n'aime pas leur aspect clair et blanchâtre au veinage peu marqué. Il est intéressant en sycomore lorsqu'il est (très) ondé et offre une brillance argentée dans sa version la plus rare et principalement lorsqu'il est débité sur quartier, mais là encore, on s'éloigne des instruments qui me servent de références.

Quant aux basses Mustang originales des années 70, arriver à en trouver une en bon état sans même parler de prix devient une vraie gageur, ce, certainement dû au fait que reléguées au rang de "basses de débutants" ou "basses de filles", elles étaient souvent sous estimées, maltraitées, délaissées ou cachées et leurs fragilité (notamment au niveau du truss rod) n'arrangeaient pas les choses non plus.


Bois de substitution:

J'aurais tendance à penser que si le consommateur ne sait pas faire la différence entre l'huile de palme et l'huile d'olive, autant qu'il se contente de l'huile de palme, ça lui coutera moins cher et le producteur gagnera mieux sa vie en maintenant son client dans l'ignorance sur ce qui entre dans la composition de ses produits.


Pour ma part, et pour ramener cette pensée aux bois, j'ai toujours su faire la différence, j'ai fait mes choix et je n'irai jamais vers une qualité moindre car n'étant pas producteur mais luthier, j'ai la chance que ma micro production de pièces uniques tolère une différence en terme de coûts de matériaux.

Que l'on puisse imaginer que des bois de substitution n'ont pas d'influence sur le son des instruments ne me semble pas pensable. Je ne prétend même pas que cela serait mieux ou pas, je dis juste que cela ne peut pas être identique. Et c'est dans cette identité particulière que je désire travailler et produire ces instruments "à la Fender" car j'y trouve l'essentiel ce que je recherche alors que je ne le trouve pas dans les autres bois que j'ai pu essayer.

Expressivité

Ce que je trouve particulièrement impressionnant dans ces basses short scale, c'est justement l'influence des bois sur la sonorité: celle-ci est nettement plus marquée que sur les autres basses traditionnelles long- scale et équipées de micros ou préamplis modernes. Das notre cas, passer d'un aulne à un swamp-ash, d'un maple neck à un slab-board, d'un black ash à un acajou résume parfaitement les variétés de timbres et les incidences des essences et des assemblages sur les résultats sonores. De même que passer d'un jeu au doigts à un jeu au médiator, d'un palm-mute à un sustain ouvert, se traduit par une grande palette sonore dont l'essentiel vient du musicien qui trouve alors un véritable terrain de jeu d'expressivité . C'est certainement pour cela que les basses short scale apparaissent au sein de nombreux groupe orientés 70' , electro et ambiant. (petite sélection perso en bas de page) et je suis convaincu qu'un bon nombre d'enregistrements que nous écoutons aujourd'hui"hui ont été réalisés en studio avec ce genre de basses. Une autre caractéristique que j'adore particulièrement et cette attaque tellement marquée qui accompagne le jeu au médiator. Chaque note est accompagnée d'un "claquement" clairement audible (et que je retrouve dans les vidéos ci-dessous) et que je ne retrouve nul par ailleurs avec ce grain et cette intensité particulière sur d'autres styles de basses.


Présence

S'il y a un instrument qui souffre de problèmes d'amplification et de mixage sur scène, c'est bien la basse. Ses fréquences graves, ses limites physiques font que très souvent, malgré la puissance, le son diffus et manquant de directivité font disparaître la basse du mix.

Je vous retranscris de mémoire les paroles d'un ami musicien, Martin Debisschop, oeuvrant dans plusieurs formations Grenobloises, dont W5, Ortie et Xavier Michaud et possesseur du premier prototype de basse Pinto que j'ai créée il y a maintenant 3 ans déjà. Je cite:

 "j'ai passé ma vie à acheter les plus gros amplis, les plus gros préamplis, les plus grosses basses tout ça pour percer le mix; au final, j'y suis arrivé en achetant cette petite Pinto qui assure systématiquement l'existence de la basse au milieu du groupe et ce, quelques soient les circonstances". J'explique également ceci par la fait qu'il est plus facile pour un ingénieur du son de gonfler les basses et les doser exactement en jouant de ses curseurs plutôt que d'essayer de rendre de la présence à une masse sonore informe , envahissante et complètement indéfinie. Ces petites basses Pinto sont idéales pour qui veut s'exprimer pleinement dans bon nombre de registres (notez par là que j'ai mentalement tendance à éliminer certains styles (slap / tapping / métal etc...) jusqu'au jour où un bassiste me prouvera que j'avais tort, et je suis certain que ça arrivera.





Comments


bottom of page