top of page

CONTINENTAL THE DARK BOX II

Dernière mise à jour : 5 janv. 2023


(Vendue) Table fond et éclisses en érable ondé multiplis Manche en érable

Touche, plaque de tête en ébène

Chevalet progressif en ébène , + Tune O Matic Gotoh

Mécaniques Gotoh Série 510

Cordier commande spéciale

Micros boutique Signatory Classic Big Block version




Vous aimez ces articles? Vous pouvez soutenir l'atelier et ses publications en les partageant sur vos réseaux sociaux préférés! (Liens sur les icônes en pied de page)


Cette Continental "Dark Box" est une reprise du modèle créé conjointement avec le guitariste Alex Grenier avec qui nous avions conçu le prototype et qui aura rapidement fait des émules, à quelques différences près, dont deux micros au lieu d'un , soulignant une volonté de polyvalence pour cette déclinaison, un manche classique 14 case au lieu des 15 que je m'étais imposé pour le modèle d'Alex, et un cordier légèrement différent que j'ai fait commander spécialement par mon fournisseur, aux USA. (Lire l'article sur le prototype d'Alex: https://www.patrice-blanc.com/post/continental-the-dark-box )

Pan coupé Florentin VS Venitien: au delà de l'esthétique, le pan coupé me permet d'offrir une option de conception supplémentaire lors de l'élaboration de sa nouvelle guitare. Le pan coupé pointu, dit "florentin", dégagera un peu plus d'espace pour le dos de la main gauche lorsqu'elle montera dans les aigües, offrant un peu plus de confort pour les guitaristes ayant un jeu très soliste et ayant besoin de toute la tessiture du manche. Pour des jeux plus basic, le pan coupé arrondi, le vénitien donc, offrira un accès aux aigües un peu moins rapide à atteindre; ceci dit, Brian Setzer ne s'en est jamais plaint :) comme quoi, on peut-être un extraordinaire soliste avec quelques notes aigües en moins, l'art véritable n'ayant pas de limites face aux contraintes (autrement dit ce n'est pas la taille du cadre qui fait la taille de l'oeuvre). Il faut admettre que si le vénitien apporte un peu de confort, sur ce type de guitares, le talon, la jonction à la 14° case resteront toujours un frein à l'accès aux aigües et ce malgré le pan coupé. J'ai parmi mes projets, la création d'un nouveau modèle modernisé qui tentera de remédier à ce "problème" sans pour autant dénaturer radicalement l'essence même de l'instrument. Mais la conception de dessins, de moule et de gabarits , les essais étant particulièrement chronophage pour un petit atelier déjà très occupé, je ne peux encore annoncer une date de présentation de ce futur modèle et évidemment, il sera présenté sur ce site.






Micros:

Signatory Classic : Big Block VS Super Twang , notre micro existe maintenant en deux versions: Une des grandes différence va se situer au niveau des micros, et je vais tâcher d'expliquer par des mots ce qui pourrait différencier les deux d'un point de vue sonore: -Nos micros Signatory Classic sont des répliques des micros Filtertron ® développés par Ray Butts en 1954. C'est donc bien Ray Butts qui signe l'invention du Humbucker -même si son nom a été complètement occulté par Les Paul, Gibson et son PAF en 1959- qu'il tient à fabriquer à la main, jusqu'au moment où Gretsch se met à le produire en masse (1957).


Je suis un méga-fan des Filtertron et cela remonte à l'époque où j'écoutais Chet Atkins, puis plus tard lorsque je me suis intéressé à la Mano-Negra, aux Cramps, à Neil Young, et bien sûr à Brian Stezer. Ils avaient tous le Filtertron comme point commun, c'est dire la variété de styles que peut aborder ce genre de guitares ET de micros. Il faut avoir en tête que le Filtretron sous son habillage original est un Mini-humbucker proche du Mini-Humbucker que l'on retrouve sur les Les Paul Gibson Deluxe (fin des années 50 lorsque Gibson racheta Epiphone , stock de micros compris), et ils ont les mêmes bien caractéristiques sonores, c'est à dire des aigües précises et claires, des basses moins "boueuses" et un piqué des les médiums bien particulier, granuleux et scintillant qui apparaît sur dès lors qu'on appuie les attaques. Du point de vue sonorité, il se situe au juste milieu entre un simple bobinage et un humbucker classique, En créant le Filtertron Big Block, et en intégrant dans un mini-humbucker un aimant deux fois plus épais, j'ai pu garder les caractéristiques des médiums et des aigües, mais j'ai épaissi les basses sans les faire tomber dans les défauts du humbucker classique. Perdant un peu de son côté " super-typé ", il gagne en polyvalence et peut aborder les grosses distorsions réservées habituellement aux Humbuckers classiques quand le Signatory Classic Super twang se révèle mieux dans les sons crunchy, offrant la possibilité à un mini-humbucker de créer un effet "mur du son" impossible à atteindre avec un classique.

La demande croissante pour mes micros et le fait que je n'ai pas particulièrement envie pour l'instant de développer un emploi uniquement pour ce poste fait que j'ai resserré ma gamme en supprimant quelques modèles pour ne garder que les plus racés, mais je ne peux m'empêcher d'ajouter celui-ci tellement je le trouve complémentaire de la gamme et interessant musicalement, ouvrant ces guitares à d'autres styles les amenant vers plus de modernité et de polyvalence sans que cette polyvalence ne leur fasse perdre quoi que ce soit en termes de caractère et de musicalité.









Je vous invite à lire par la suite les "généralités concernant mes guitares demi-caisses" et qui aborde les grandes lignes techniques de ces instruments si particuliers et j''espère à travers ces articles aborder d'une façon professionnelle et documentée (puisque vécue de l'intérieur) un véritable amour pour l'objet guitare qui m'anime depuis des années. Vous aimez ces articles? Vous pouvez soutenir l'atelier et ses publications en les partageant sur vos réseaux sociaux préférés! (Liens sur les icônes en pied de page)


Généralités à propos de mes demi-caisses


Ces guitares typées sont les guitares les plus polyvalentes que l'on peut rencontrer dans la musique d'origine anglo-saxonne. On les retrouve dans absolument tous les styles et les plus grands guitaristes ont composé, joué et tourné avec une ou plusieurs demi-caisses. Depuis les années 50 jusqu'à aujourd'hui, ces guitares ont passé toutes les modes sans jamais quitter les scènes, dans une variété de styles absolument inégalée. Leur conception même explique cette omniprésence entre autre parce que le multiplis dont la caisse est composée offre une résistance au larsen nettement supérieur aux tables massives cantonnées dès lors aux jazz soft pour l'essentiel. Mais ces guitares sont réalisées selon des méthodes extrêmement peu répandues chez les artisans (Français, Européens, voir mondiaux) car elles nécessitent des techniques, des moules, des équipements et un savoir faire peu commun . Au final, pour acheter une demi caisse, le musicien n'a d'autre choix que de se tourner vers l'industrie, et ces guitares étant particulièrement difficile à customiser, (poser des micros, choisir son manche, ses couleurs, adapter un vibrato avec le bon renversement etc ) il n'existe que peu de possibilité de se faire une demi caisse "à sa main" ... et c'est donc ce que nous proposons à l'atelier.


Outre la technicité de la fabrication des voûtes, ces guitares présentent des difficultés de fabrication propres et qu'on ne rencontre sur aucun autre type de guitares: les placages de bois sont extrêmement fins -chaque couche fait 6/10 ème de millimètres- cela implique que les ponçages doivent être extrêmement précis et limités, et qu'aucune bosse ou déformation ne peut-être récupérée au ponçage pour redresser les formes sous peine de créer une "perce" et tomber sur la couche inférieure. Il faut donc tout au long de la construction veiller à ne créer aucune contrainte, aucun écrasement, toutes les pièces doivent s'ajuster avec précision. La filetterie aussi complexe soit-elle ne supportera aucun écart, sa pose doit être précise et elle doit finir par affleurer les pièces de bois en quelques coups de racloir.


Fabriquer ses propres voûtes permet également de contrôler l'élégance et la personnalité de leur galbe, d'y intégrer ou pas le pan coupé selon le style que l'on veut obtenir (pour ma part je ne l'intègre pas dans ma voûte car je trouve cela inélégant et comme ces guitares se revendiquent d'une inspiration "à la Gretsch" je me cale sur leurs choix historiques). Leur épaisseur et le nombre de couches dont elles sont composées offrent ainsi une riche variété de sonorités. On peut également varier les essences, les finitions, et combiner plusieurs essences dans un même assemblage.


Fabriquée à 100% dans notre atelier de Nantes : Tous les bois qui composent cette guitare sont issus de notre réserve, stockés depuis des années et rigoureusement secs. Malgré notre important stock de bois, nous consacrons chaque année un budget conséquent à l'achat de nouveaux bois qui serviront au cours des années suivantes et rarement avant 5 ans, l'importance de notre stock et la confidentialité de la production nous le permettant. Ces précautions ont plusieurs but mais avant tout celui d'offrir des guitares extrêmement stables et insensibles aux variations saisonnières, dont aucun élément ne vient se rétracter ou se déformer dans le temps. Nous n'aimons pas avoir à gérer des SAV, bien sûr si cela devait se produire nous serons là pour assurer toutes les garanties, mais le mieux pour tous, c'est qu'elles n'aient pas besoin de revenir à l'atelier et ces bois parfaitement séchés mettent toutes les chances de notre côté pour éviter cela. Je suis tellement sûr de la solidité de mes assemblages que je reproduis sur ce modèle les épaisseurs que l'on trouvait sur les premiers modèles des années 60, plus fines et plus sonores (tant acoustique que branchées) que les actuelles.


Comme pour toutes mes fabrications, je choisi d'utiliser un truss-rod double action qui permet de régler précisément la cambrure du manche dans tous les sens et assure une garantie de tenue dans le temps qui n'est pas systématiquement avérée sur les traditionnels truss-rods anciens.




コメント


bottom of page