top of page

ST-Caster in Victorian Gold

Dernière mise à jour : 26 juin

Poursuivant ma quête de "l'american most wanted guitars", je m'exerce à nouveau sur les chemins des grands classiques intemporels les plus demandés et les plus iconiques et pourtant jamais réellement vus en l'état. Quel plaisir! Je me sens comme un musicien qui reprendrait des standards des milliers de fois interprétés pour y apporter sa version, sa vision et son écoute. Car bien que ce site soit avant tout visuel, l'objectif final d'une guitare est de finir entre les mains d'un musicien et de régaler les oreilles d'un auditoire.




Classics

J'ai parfois l'impression qu'à force de vouloir se distinguer absolument pour exister, certains en oublient le fond pour privilégier la forme. En tout cas, lorsque je vois des musiciens sur scène, je constate que malgré le temps qui passe, ce sont quasiment et essentiellement toujours les mêmes standards iconiques issus des années 50 et 60 que l'on retrouve entre leurs mains. La grande exception -si on devait en chercher une- viendrait surtout de la musique métal ou effectivement le "dress code instrumental" s'éloigne singulièrement -mais pas systématiquement- de celui qui s'impose le reste du temps sur la grande majorité des scènes. Toujours est-il qu'au final, copier c'est admettre qu'on peut difficilement faire mieux. Et pour Fender pour qui j'ai toujours admis qu'il était un grand monsieur (entre autre dans une interview dans un Bass Magazine des années 90) ses instruments ont tellement marqué les années 50/60 et 70 et donc, par extension tout ce qui a fondé notre culture musicale et médiatique, qu'il est de fait un pilier central de la guitare voire de la musique moderne. Alors autant ça ne me pose aucun problème d'admettre que face à Leo Fender il est inutile de se mesurer, autant ça m'ennuierait d'admettre qu'un concurrent fait mieux au point que je suis obligé de le copier - à moins bien sûr de vouloir l'ériger en modèle - . Mon métier étant de répondre à une demande et pas seulement à mes désirs, je m'inscrit donc dans les pas de mes clients pour leur procurer ce dont ils sont besoin, ce qu'ils recherchent et ce sur quoi ils fantasment. Et ça tombe bien puisque nous avons ça en commun. Libre à moi de faire à l'occasion des objets complètement inédits, barrés, conceptuels, ce dont je ne me prive pas et je l'ai prouvé depuis longtemps.


Observations

Etrangement, je suis tombé amoureux de Strat et Tele sur le tard, et bien qu'ayant toujours travaillé sur ces modèles, c'est le fait d'avoir la chance, la crédibilité et la confiance auprès de collectionneurs qui m'a amené à cotoyer les plus beaux spécimens et en quantité suffisante pour en cerner les récurrences et les particularités. Acompagné également de livres "bibles" contenant beaucoup de photos des usines de l'époque, j'ai pu me faire une idée assez précise des process de fabrication en vigueur alors. Et bien sous un aspect industriel, je peux vous affirmer qu'elles étaient en grande partie taillées à la main, à l'aide d'outillage electro-portatif, et que chaque ouvrier avait sa "patte" et ses petites habitudes.

Vous pourrez observer sur les photos de détails la manière dont est traité l'arrière de la tête, au niveau de la jonction avec la première mécanique du Mi grave et comparer avec l'exemple que je crée comment l'industrie actuelle à évolué au point de nous faire oublier ce détail, pour ma part c'est la première chose que je regarde lorsque je fais une expertise. (voir les deux dernières photos en bas d'article)

C'est donc cette "patte" que j'essaye de reproduire actuellement lorsque je fabrique une copie, et même lorsque je pars d'un kit, j'ai encore la possibilité de le travailler pour rejoindre ce qui se faisait et de la façon dont cela se faisait à l'époque.

Adaptation, interprétation, arrangement:

Autant je suis arrivé assez rapidement à m'approprier la Tele pour en offrir des version très personnelles et inédites, autant dès que j'essayais de toucher à la Strat, je me retrouvais systématiquement à faire des "Super Strat" beaucoup trop connotées à mon goût "années 90" et ça me posait un vrai problème, d'où le manque d'interêt dont j'ai trop longtemps fait preuve vis à vis de ces modèles. Jusqu'au jour où j'ai compris qu'il fallait que je me tourne vers les origines, celles qui font vraiment rêver et qui véhiculent le vrai mythe Strat. C'est ainsi que j'ai remis l'imaginaire en marche et cherché à m'imprégner de l'essence de ce mythe, sans chercher à "l'améliorer" de façon artificielle ou sophistiquée, mais en poussant les détails -ce que me permet ma production à la pièce- Parmi ces "détails" je compte bien sûr les micros sur lesquels je travaille depuis de nombreuses années, et pour lesquels il est difficile de parler de "copie" sachant que les materiaux sont essentiels pour l'obtention d'un résultat. Ces micros rencontrent un réel engouement auprès de nombreux musiciens qui les utilisent et ils sont eux même construits dans les mêmes conditions techniques qu'étaient construits les micros à l'époque de Fender. Il me reste à l'avenir un dernier problème à surmonter, et pas des moindres: arriver à créer une tête originale, compatible, s'intégrant en se faisant oublier sur le modèle, un peu comme j'estime être arrivé à faire avec la TV-Caster. C'est du travail, du temps d'observation, des essais, des attentes, de la contemplation, mais je crois avoir montré que j'ai certaines capacités en matière de design.









A gauche: moderne numérique, à droite, comme à l'époque et finition manuelle.


-Corps en aulne Kit Nagano Japan (Alnus rubra), vernis Polyuréthane -Manche boutique en érable américain  (Acer saccharum) avec skunk strip en noyer américain (juglans nigra) frettes sintoms 18 % nickel taille vintage, truss rod double action, clay dots originaux fabriqués à l'atelier. Sillet de tête en os. Vernis Polyuréthane. -Vibrato Gotoh bloc acier, pontets Fender -Mecaniques Kluson Single Line -Tout accastillage métal Gotoh -Micros Boutique Patrice Blanc Highland , alnico 2, fil heavy Formvar. -Potentiomètre de volume Bourns, Tonalités CTS, Condensateur Mallory Mustard, Jack Pure Tone, selecteur CRL.

A partir de 2600 Euros dans sa version 100 % Kit 3400 Euros dans sa version manche boutique telle que présentée sur cet article. Prochainement possibilité de paiement en trois ou quatre fois sans frais. (voir conditions en boutique)


Comments


bottom of page